Soutenir nos amis anti nuke allemands en signant leur pétition

Christian ACKER

Nos amis allemands sont très inquiets du nouveau statut d'énergie verte pour le nucléaire européen. Ils redoutent de voir s'installer de nouvelles centrales proches de leurs frontières en France, Pologne et République Tchèque. Ce combat est aussi le nôtre.
Ci-dessous, un appel et une pétition (cosignés par Greenpeace Allemagne) contre le nucléaire vert.

TRADUCTION DE LA PETITION ANTI NUKE ALLEMANDE de JANVIER 2022

Voulez vous que de nouvelles centrales atomiques soient construites le long des frontières avec l’Allemagne ?

Bonjour,

Radioactivité = énergie durable. Cela est absurde. Mais la commission européenne y travaille, pour que ce mensonge devienne une nouvelle réalité . Elle est sur le point d’y arriver. Elle a présenté son projet à la Saint Silvestre : l’énergie atomique doit devenir bientôt une énergie durable ; ainsi pourront être déversés des milliards d’euros pour de nouveaux réacteurs. De nouvelles centrales nucléaires sont une menace en France, Pologne et République Tchèque, près de frontières allemandes. Et de vieux réacteurs défectueux pourraient obtenir des financements,   pour des réparations et des prolongations de durée d’exploitation.

Tout cela se cache sous le nom de « taxonomie européenne ». Cela devait être un catalogue de projets favorable à l’environnement, que l’UE veut financer en ciblant des centrales d’énergie durable. La question d’inclure les centrales nucléaires, est soumise à présent aux Etats européens. Ils devront prendre une décision pour cette proposition. Les yeux sont braqués sur l’Allemagne, le plus grand Etat européen.  Et la nouvelle coalition se chamaille. Les Verts sont outrés, le ministre de la justice Buschmann a annoncé son opposition. Seul le chancelier Scholz trouve les critiques  surestimées et pourrait entériner la proposition de la commission.

C’est à nous maintenant de lancer un  message d’urgence avec l’Etat fédéral, les défenseurs de l’environnement allemands et beaucoup d’autres associations, afin de mettre Scholz sous pression, pour empêcher le retour du nucléaire. Plus nous serons, plus la situation sera intenable pour Scholz. Cette première grande décision va marquer sa chancellerie. Il ne va pas pouvoir subir une forte opposition de tout le pays.

Aidez nous : jusqu’à mercredi prochain le 12 janvier, la coalition va voter sur la taxonomie à Bruxelles. Si nous réussissons à atteindre 100.000 signatures, nous allons transmettre l’appel à Scholz, et faire passer une centrale nucléaire sur un plateau mobile  devant la chancellerie.

Signez maintenant l’appel d’urgence contre le nucléaire.

Quel est le but d’Olaf Scholz ? Ce membre du SPD est un fan du gaz naturel, qu’il vienne par pipe line, par terminal de fracking, ou par de nouvelles centrales à gaz. Scholz est très lié au lobby du gaz. Déjà ministre des finances dans la grande coalition précédente, il a lutté à Bruxelles pour que les centrales à gaz soient intégrées dans la taxonomie et obtiennent de gros financements, apparemment avec succès. Le gaz naturel est à présent considéré comme durable dans le rapport de la commission.  C’est une supercherie effrontée disent les scientifiques. Le gaz naturel est aussi préjudiciable au climat que le charbon.

Olaf Scholz s’en moque. Pour ne pas mettre en péril les millions attribués au gaz, il pourrait conclure un accord nauséabond avec le lobby nucléaire européen : la France obtiendrait ses centrales nucléaires, Scholz ses centrales à gaz.

Mais une chose pourrait menacer Scholz : la prudence. Si le mécontentement du pays au sujet de son deal nucléaire devient trop important, il va y avoir de l’eau dans le gaz avec ses partenaires de la coalition. Cette année se dérouleront quatre élections importantes au Parlement , indicateurs importants pour le Chancelier de la SPD. Si l’appel est signé par suffisamment de personnes, le débat va s’enflammer et cela pourrait obliger Scholz à céder. Participez et et signez à présent.
Signez l’appel contre l’énergie nucléaire.

Chaleureuses salutations.

Luise Neumann – Cosel
En charge de l’équipe de campagne.
 
PS : avez vous pris de bonnes résolutions pour l’année nouvelle ? Si vous faites comme la commission européenne, leur mise en œuvre pourrait être très facile. Pour réduire ou minimiser la consommation d’alcool, il suffit de décréter que la bière et le vin sont des sodas et ainsi continuer à fêter. La commission européenne  a fait ainsi pour les énergies durables. Bien sûr que le nucléaire n’est pas durable, peu importe le confort d’une telle mesure. Refusez ce mensonge et signez cet appel.
Signez le dès à présent.--> il est en langue allemande

https://www.campact.de/