Mise à jour le 09/06/21 suite à réception de deux réponses de candida.t.e.s
 

Les transports sont l’une des principales attributions des régions et donc l’un des principaux enjeux des élections régionales.  Ils représentent le tiers du budget de la région Ile-de-France.

Ils touchent le quotidien des habitant.e.s et constituent un enjeu majeur face à la pollution de l’air et pour la lutte contre le changement climatique. Ainsi, le transport routier génère 33 % des émissions de gaz à effets de serre en Ile-de-France (Haut-Conseil pour le Climat, 2020). La pollution de l’air, en grande partie due aux transports routiers, engendre 10.000 morts prématurés par an en Ile-de-France (Observatoire régional de la santé d’Ile-de-France).

C’est pourquoi Greenpeace Ile-de-France a interrogé chacun.e des candidat.e.s aux élections régionales sur leurs engagements en matière de développement des transports en commun et du vélo en alternative à la voiture, de moyens financiers à mettre en œuvre à cette fin, d’aides au changement de véhicule pour un autre mode de transport ou un véhicule moins polluant, de réorientations des investissements par l’abandon des grands projets inutiles et destructeurs de l’environnement, etc.

Nous publions aujourd’hui cette analyse comparative de leurs réponses, de leurs déclarations publiques et sites de campagne, au regard de ces enjeux :

  • Certain.e.s candidat.e.s, comme Julien Bayou, Clémentine Autain ou Audrey Pulvar, se distinguent notamment par des mesures fortes sur le développement du vélo, le développement de l’intermodalité ou en matière d’accompagnement social.
  • D’autres candidat.e.s, comme Valérie Pécresse ou Laurent Saint Martin, se positionnent également sur ces enjeux d’une mobilité durable, avec plusieurs propositions allant dans le bon sens, mais restent globalement un peu trop timides.
  • Enfin, les engagements de certain.e.s candidat.e.s, sur ce sujet des transports et des mobilités, comme Nathalie Artaud, Jordan Bardella ou Alexis Villepelet, restent à ce stade peu développés et ne nous paraissent pas à la hauteur de l’urgence sanitaire et climatique.

La sortie de l’essence et du diesel est un enjeu majeur. Seul un candidat (Julien Bayou) propose un calendrier de sortie du diesel ainsi qu’un plan significatif de réduction des véhicules à essence.

Vous trouverez de plus le détail de notre analyse dans le PDF joint.
 

Greenpeace Groupes locaux Paris - Ile-de-France
L’équipe mobilités urbaines

Fichiers