STOP au chauffage bois polluant

Jonathan Valleau

Vous avez aimé le scandale du diesel ? Vous allez adorer celui du chauffage au bois.

Par ici pour signer : lien de la pétition

« Un feu qui ronronne une après-midi dans une cheminée émet autant de particules qu'un véhicule diesel âgé de huit ans ayant roulé plusieurs milliers de kilomètres » - (Julien Assoun, chef de service de la DRIEE Île-de-France, 2014)

Le chauffage au bois représente une majeure partie de la pollution atmosphérique hivernale mais aussi des nuisances olfactives fortement désagréables. Il n’est pas rare de retrouver des taux de particules fines dépassant de cinq à trente fois les valeurs recommandées par l’OMS aux abords d’une maison utilisant ce mode de chauffage ainsi que sur les terrains voisins. A cela s’ajoute aussi une liste de polluants appartenant à la famille des HAP et classés comme cancérogènes par le CIRC, on les retrouve notamment dans la fumée de cigarette et le fioul. Ceci s’apparente à une forme de tabagisme passif avec ses effets sur la santé que nous connaissons tous.

« La combustion domestique de la biomasse est identifiée comme une source considérable de HAP cancérigènes ... Par conséquent, l'exposition hivernale est considérée comme responsable de la plus grande partie (76  %) du risque excédentaire estimé de cancer au cours de la vie. » - (Annual exposure to polycyclic aromatic hydrocarbons in urban environments linked to wintertime wood-burning episodes, European Geosciences Union, 2021

Cette forme de pollution a été abondamment décrite dans la littérature scientifique et aussi quelques organismes publics, dont Santé Publique France et l’INERIS. La plupart des chercheurs ayant réalisés des travaux sur le sujet décrivent un risque quasi-certain pour la santé des gens respirant un air chargé de ces polluants, voir même des risques de cancer accrus pour certains, à l’instar de la cigarette. Il est à noter que les capteurs officiels (AASQA) sont rarement situés à proximité d’une cheminée ce qui laisse croire le grand public que les taux de particules fines sont bas alors que cette pollution se limite généralement à une centaine de mètres de la cheminée émettrice. En milieu rural il n’existe pas de dispositif de mesure alors que les taux sont très souvent largement au-dessus de ce que l’on observe en ville et ceci pendant toute la période hivernale.

Derrière cette pollution il y aussi des victimes.

Échantillon de témoignages recueillis par l’association Respire :

« gendarmerie et maire ferment les yeux car aucune loi existe », « la fumée entre dans la maison le soir c'est irrespirable dans les chambres », « c’est enfumage tous les soirs », « air irrespirable de octobre à avril à cause des odeurs épouvantables de fumées de cheminées », « j'ai une petite fille de 4 mois qui s'endort avec cette odeur dans sa chambre », « je pars dormir dans ma voiture loin de chez moi », « cela m’occasionne des maux de gorge, toux, maux de tête », « quelques minutes dans la rue suffisent à irriter la gorge, les yeux, imprégner les vêtements », « nous pensons vendre notre maison qui était l'achat d'une vie », « la fumée stagne et englobe tout le village », « la fumée nauséabonde arrive directement sur notre propriété », « le voisin en face de chez nous a acheté un poêle à bois ... depuis nous vivons un enfer » - (Recueil de témoignages, association Respire, 2022)

Malgré tout cela, le Gouvernement continue à inciter financièrement ce mode de chauffage en connaissance de cause. Madame Royal a renoncé en 2014 à agir sur ce levier connaissant aussi les risques sanitaires tels que décrits scientifiquement.

Le GIEC alerte l’Union européenne :

« Ces scientifiques alertent sur le danger du développement industriel des forêts européennes, qui ne permet pas de compenser l’augmentation des émissions de CO2 liées au développement des centrales et chauffages au bois et ils estiment que si rien n’est fait la filière bois énergie sera responsable, à elle seule, d’un accroissement de 10 % des gaz à effet de serre dans les dix prochaines années. » - (Dr Thomas Bourdrel, collectif Strasbourg Respire, 2021)

Mesure de particules fines à 90 mètres d'une cheminée en milieu rural. A 20 mètres les chiffres sont multipliés par quatre.

Vidéo de la mesure : Chauffage au bois, un scandale sanitaire et environnemental

Nous sommes à la veille d’un scandale sanitaire et environnemental, proche de celui du diesel.

Qui mettra fin à ce fléau ?

Vous pouvez retrouver l'intégralité des témoignages cités ci-dessus ainsi que l'enquête menée auprès des victimes ici :

Forum de l'association Respire

Par ici pour signer : lien de la pétition